Niklas Luhmann

Une théorie fonctionnaliste du droit, de la politique et de la connaissance, par Hugues Rabault (Université de Lorraine), membre du Réseau Européen Droit & Société / European Network on Law and Society (Maison des sciences de l’homme – Paris) :

Voir : Hugues Rabault: Un monde sans réalité ? En compagnie de Niklas Luhmann : épistémologie, politique et droit, Québec : Presses de l’Université Laval, 2012.

http://www.pulaval.com/produit/un-monde-sans-realite-en-compagnie-de-niklas-luhmann-epistemologie-politique-et-droit

Niklas Luhmann (1927-1998), juriste puis sociologue, est l’auteur d’une théorie de la société fondée sur le thème de la communication.

Pour une esquisse biographique, voir :

https://nunctranseamusadobligationes.wordpress.com/niklas-luhmann/elements-biographiques/

L’auteur du site propose un ensemble de liens, renvoyant à ses propres publications, permettant de découvrir ce penseur. Les textes qui suivent portent sur les enjeux épistémologiques, politiques, de philosophie juridique, etc., de l’oeuvre de Niklas Luhmann, sur la théorie sociologique du droit, de la politique, des médias de masse et de la connaissance.

Quelques orientations de la pensée de Niklas Luhmann : 1) La société est fondée sur la communication. Les médiums de communication sont le sens, le langage, l’argent, le pouvoir, le droit, la vérité, etc. 2) Les systèmes de communication, comme la science, la politique, le droit, ou la société elle-même, sont clos au plan opératif (mais ouverts au plan cognitif). La « connaissance » est le produit de l’interaction entre le système de communication et son environnement. 3) La production du « savoir » résulte de l' »auto-observation » et de l' »autodescription » des systèmes de communication. En ce sens, les concepts ou les théories doivent être analysés comme des outils ou des instruments, dans le contexte d’une adaptation interne des systèmes de communication à leur environnement… Du point de vue de l’épistémologie, la théorie de Niklas Luhmann relève du fonctionnalisme et du constructivisme radical.

Le livre majeur de Niklas Luhmann, La société de la société, niant la transcendance du sujet vis-à-vis de la société, est une synthèse décrivant la façon dont la société « s’auto-observe » et « s’auto-décrit »… Mais pour découvrir l’oeuvre de Niklas Luhmann, l’auteur de ces lignes recommandera particulièrement: La réalité des médias de masse [1995], traduction française par Flavien Le Bouter, Bienne/Paris: Diaphanes, 2012, qui explique avec ironie et causticité la construction sociale (et artificielle) de la réalité commune par les médias de masse.

Citation de Niklas Luhmann, Die Realität der Massenmedien, 3ème édition, VS Verlag für Sozialwissenschaft, Wiesbaden, 2004, p. 9 :  « Ce que nous savons sur notre société, et même sur le monde dans lequel nous vivons, nous le savons par les médias de masse. Cela ne vaut pas seulement pour notre connaissance de la société et de l’histoire, mais également pour notre connaissance de la nature. Ce que nous savons de la stratosphère ressemble à ce que Platon sait de l’Atlantide : on en a entendu parler. Ou comme Horatio l’exprime : So I have heard, and do in part believe it [Hamlet I.1.]. D’un autre côté, nous en savons suffisamment sur les médias de masse pour ne pas faire confiance à ce type de sources. »

Articles accessibles en ligne :

https://www.cairn.info/revue-droit-et-societe-2007-3-page-741.htm

http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=DROIT_060_0137

http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=DRS_089_0207

http://www.cairn.info/revue-droit-et-societe-2014-1-p-209.htm

http://www.cairn.info/revue-droit-et-societe-2012-1-p-211.htm

http://www.cairn.info/revue-droits-2001-1-page-191.htm

http://www.persee.fr/doc/dreso_0769-3362_1999_num_42_1_1486

http://www.soziale-systeme.ch/luhmannkongress/pdf/Rabault_H.pdf

Sont consultables à partir du site suivant :

http://www.cairn.info/revue-droit-et-societe.htm

Les articles suivants :

« La théorie juridique de Niklas Luhmann : le droit comme sémantique », Droit et Société, n° 72, 2009, p. 471-495.

« La confiance comme mécanisme social et l’approche fonctionnaliste du droit », Droit et Société, n° 67, 2007, p. 741-758.

« Sens et portée de l’œuvre de Niklas Luhmann : un libéralisme désenchanté ? », Droit et Société, n° 65, 2007, p. 175-188.

« L’illusion de la réalité : la construction sociale de la réalité par les médias de masse », Droit et Société, n° 62, 2006, p. 276-291.    

« La sociologie politique de Niklas Luhmann : Etat, théorie sociale et sémantique du pilotage », Droit et Société, n° 58, 2004, p. 706-731.

« L’épistémologie de Niklas Luhmann : de la phénoménologie de la conscience à la phénoménologie de la communication », Droit et Société, n° 54, 2003, p. 537-546.

« Le concept d’Etat entre déconstruction et reconstruction », Droit et Société, n° 54, 2003, p. 523-537.

« Etat, globalisation et théorie de la communication : la fonction de la procédure », Droit et Société, n° 51-52, 2002, p. 513-539.

« Le paradigme de la machine : politique et cybernétique sociale », Droit et Société, n° 50, 2002, p. 209-232.

Publicités