Lire la sociologie juridique de Georges Gurvitch

A propos de Georges Gurvitch, Eléments de sociologie juridique, Paris : Flammarion, 1940 [fac-similé Paris : Dalloz, 2012].

Georges Gurvitch (1894-1965) ne peut passer pour une figure majeure de la pensée sociologique, mais ses écrits ne manquent pas d’être instructifs pour le juriste d’aujourd’hui. C’est ainsi qu’on peut étudier avec profit ses Eléments de sociologie juridique, ouvrage paru en 1940.

Lire la suite « Lire la sociologie juridique de Georges Gurvitch »

Publicités

Une question préalable à la critique de l’ordolibéralisme : qu’est-ce que l’ordolibéralisme ?

A propos de Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme, Paris : Publications de la sorbonne, 2015.

La notion d’ordolibéralisme, longtemps ignorée, y compris parmi les économistes, fut mise à la mode par la récente crise grecque. Elle représente désormais un concept repoussoir, désignant tout ce que l’on condamne, à savoir, essentiellement, le dogme de l’équilibre budgétaire et le principe de la concurrence appliqué à tous les domaines, y compris aux services publics. En d’autres termes, l’ordolibéralisme inspirerait les politiques de rigueur, contre le keynésianisme salvateur. Si la politique de rigueur fait la preuve de son échec, c’est donc bien, pense-t-on, que la solution se trouve dans une politique dite « keynésienne ». C’est oublier que des politiques soi-disant keynésiennes n’ont cessé d’être mise œuvre depuis le choc pétrolier des années soixante-dix, sans faire davantage la preuve de leur réussite. Toujours est-il que l’ordolibéralisme est devenu le symbole de l’origine du mal. Il est la doctrine venant d’Allemagne qui inspira la philosophie économique de l’Europe et au nom de laquelle on impose aux peuples une rigueur absurde et destructrice.

Mais qu’est-ce donc que l’ordolibéralisme ? Une littérature profuse se multiplie, caractérisée par le manque d’une autre rigueur, la rigueur méthodologique, qui voudrait qu’on définisse précisément les termes que l’on utilise. C’est une occasion de recommander la lecture de l’ouvrage de Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme.

Lire la suite « Une question préalable à la critique de l’ordolibéralisme : qu’est-ce que l’ordolibéralisme ? »